Rétrospective Dali au centre Pompidou

 

Plus de trente ans après la rétrospective qu’il lui a consacrée, le Centre Pompidou déploie à nouveau l’œuvre de Salvador Dali dans ses espaces.
Cette seconde rétrospective présente plus de deux cents pièces : toiles, dessins, objets, films, dont certaines comptent parmi les plus célèbres de Dali.

Mais qui est Dali ?
« Salvador Felipe Jacinto Dalí i Domènech, premier marquis de Dalí y de Púbol (Figueras, 11 mai 1904 – 23 janvier 1989) dit Salvador Dalí, est un peintre, sculpteur, graveur, scénariste et écrivain. De nationalité espagnole, il est considéré comme l’un des principaux représentants du surréalisme et comme l’un des plus célèbres peintres du xxe siècle.

Il trouva son propre style à partir de 1929. Son dessin ainsi que ses œuvres oniriques et surréalistes furent influencés par la peinture de la Renaissance qu’il admirait et auquel il mélangea les innovations de son temps pour former un style personnel très reconnaissable. Les thèmes qu’il aborda le plus fréquemment furent le rêve, la sexualité, sa femme Gala et la religion. La persistance de la mémoire est l’une de ses toiles les plus célèbres.

Artiste très imaginatif, il manifestait une tendance notable au narcissisme et à la mégalomanie qui lui permettaient de retenir l’attention publique mais irritait une partie du monde de l’art qui voyait dans ce comportement une forme de publicité qui dépassait parfois son œuvre. »

 

« La persistance de la mémoire », exposée au Centre Pompidou

Notre avis sur la rétrospective Dali

Cette exposition est étonnante : riche en oeuvres, en styles, en supports, elle donne à voir la large palette des créations du fou Dali.

La mise en situation commence dès l’entrée. Dali nous accueille en mode foeutus puis nous parle.

Nous accédons à la première grande salle, une grande scène ouverte ponctuée d’ilots centraux.

On y découvre un Dali Cubiste, un Dali Surréaliste qui s’exprime avec de l’encre sur papier, des huiles sur bois ou sur toiles, des collages (pierrot et sa guitare). « La persistance de la mémoire » accrochée sur l’un des ilots surprend par sa petite taille. On l’imaginait beaucoup plus grande !

La Vison Dalinienne se poursuit au fil des oeuvres « L’âme pourri » , « la vache spectrale », « les premiers jours du printemps » …  et des ré-interprétations « la venus de milo tiroirs », « l’angelus de millet » …

De la seconde grande salle, on accède à une oeuvre monumentale :  « paysage avec la jeune fille sautant à la corde », des happenings en vidéo, des extraits d’émissions et une création particulière, ou le visiteur devient acteur, qui ravira petits et grands.

Informations Pratiques

Quand : du 21 novembre 2012 – 25 mars 2013
Où : Centre Pompidou –  75004 Paris
Combien : 13€
Plus d’infos : http://www.centrepompidou.fr

 

sources : Centre Pompidou, wikipédia

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *